Deprecated: mysql_pconnect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home/arctic/public_html/classes/class.db.php on line 17
La profondeur de l'Océan Arctique

focus

12/02/2007

Accès aux archives

La profondeur de l'Océan Arctique

La profondeur de l'Océan Arctique

Depuis sa mise en glace le 4 septembre 2006, Tara dérive le long de la chaîne (ou ride) de Lomonossov. Cette importante chaîne sous-marine, découverte au milieu du siècle passé, sépare le bassin canadien du bassin eurasien de l’Océan Glacial Arctique


Tara a été mis en glace à l’Est de la chaîne, dans le bassin de Makarov. Les 17 et 18 octobre Tara traversait la chaîne (profondeur 1548 m) d’Est en Ouest pour se retrouver dans le bassin d’Amundsen. Depuis cette date, il dérive vers le Nord dans ce bassin, mais est revenu à plusieurs reprises flirter avec la chaîne, notamment du 15 au 17 décembre où il se trouvait sur sa pente eurasienne.

Les premières informations sur la profondeur de l’Océan Arctique ont été acquises durant la dérive du Fram entre 1893 et 1896. Toutefois cette dérive s’est effectuée entièrement dans le bassin eurasien de l’océan Arctique sans s’approcher de la ride de Lomonossov.
La première base dérivante russe est installée en 1937 par 89°43’N à 30 km du pôle, elle aussi, côté eurasien. Elle dérive en direction du détroit séparant le Svalbard du Groenland (détroit de Fram) et il faudra un certain temps aux quatre occupants pour réaliser le premier sondage à l’aide d’un treuil à main. Entre 86°14’N et 83°56’N seulement trois sondages seront effectués, donnant des profondeurs de 3767 m, 3500 m et 2380 m. Mi-octobre 1938, le brise-glace russe Georgy Sedov se fait prendre par l’étreinte de la banquise en mer de Laptev. Il entame alors une dérive involontaire de deux ans à travers le bassin Arctique. Un seul scientifique est présent à bord et les 46 sondages effectués ne permettront pas de mettre en évidence la présence d’une chaîne sous-marine, bien que le bateau, par deux fois traverse la chaîne de Lomonossov.
Il faut dire que c’était au début de sa dérive, à des endroits proches du plateau continental, où la chaîne est beaucoup moins différenciée. Au cours de sa dérive, le Sedov enregistre toutefois une profondeur record de 5220 m. La profondeur de 5440 m enregistrée en 1927 par l’américain H. Wilkins s’est, depuis, avérée une erreur. Wilkins s’était posé en avion à 1300 km au nord du détroit de Béring, et après avoir fait exploser une charge avait mesuré le temps que mettait l’écho pour lui parvenir. Il a sans doute été trompé par le retour d’un écho multiple.

Aujourd’hui, on pense que la profondeur maximum de l’océan arctique est de 5 500m, au cœur de la dorsale de Gakkel). En 1948 les russes lancent leurs opérations aéroportées « Hautes latitudes ». Une petite équipe de scientifiques est déposée en avion sur la banquise pour une période variant de quelques jours à plusieurs semaines pour y collecter des données relatives à l’atmosphère, à la glace ou à l’océan. Une des unités, à laquelle participaient les hydrologistes Gakkel et Timofeyev, est déposée sur la banquise à 200 milles du Pôle sur la longitude de l’île Wrangel. Sitôt débarqués, ils effectuent un sondage. Lorsqu’ils effectuent un deuxième sondage un peu plus tard, ils s’aperçoivent que le fond est remonté de 400 m. Face à ce changement rapide, ils décident d‘effectuer des sondages de manière plus rapprochée et le 17 avril, par 86°26’N-154°53’E ils enregistrent une profondeur de seulement 1 290 m, près de 1 500 m inférieure à la mesure enregistrée le 8 avril précédent.
Comparant les résultats obtenus par le Fram, la station Pôle-Nord 1 et le Georgy Sedov, Timofeyev s’aperçoit que la nature de l’eau qu’il vient de récolter est différente de celle des précédentes expéditions (figure ci-contre). Il en conclut que ce phénomène n’est pas du à la présence d’une montagne sous-marine dans les environs mais à l’existence d’une véritable chaîne sous-marine qui doit s’étendre à travers tout le bassin arctique central et qui agit comme une véritable barrière dans les échanges entre les eaux Arctiques de provenance Atlantique et Pacifique.
Dès le 18ème siècle, le savant russe Mikhail V. Lomonossov avait écrit : « il me semble que près du pôle Nord il puisse exister une ou plusieurs grandes îles ». C’est pour honorer sa mémoire que les scientifiques russes baptisèrent de son nom cette chaîne nouvellement découverte, découverte qu’ils garderont secrète jusqu’en 1954 (voir la première carte diffusée ci-dessous)
En 1949, d’autres expéditions « Hautes latitudes » affinent les données. Les hydrologistes Treshnikov et Balakshin enregistrent une profondeur de 1005 m. En 1954, plusieurs unités dirigées  par les hydrologistes Ostrekin et Ponomarenko étudient la partie de la chaîne située entre le Pôle et le Groenland. Grâce à de nombreux atterrissages, ils en explorent les sommets, les pentes et les selles. Un nouveau record est atteint avec une profondeur de seulement 954 m, qui est toujours aujourd’hui, le point culminant de la ride. Dès 1956, les russes avaient effectués plus de 2000 sondages  sur le bassin arctique central. La chaîne de Lomonossov était mieux connue : son point le plus élevé : 954 m, des selles à 1500-1600m de profondeur, une largeur située entre 2,5 et 3,3 km et une longueur de 1800 km.

Depuis, de nombreux programmes se sont intéressés à la ride de Lomonossov : Arlis II (USA, 1963), Lorex (Canada, 1979), Arctic Ocean (1991, 1996 ; 1998 et 2001) avec les brise-glaces Polarstern (Allemagne) et Oden (Suède) mais c’est surtout le sous-marin américain Hawkbill qui en 1999 cartographiera complètement la chaîne. Les données récoltées mettront notamment en évidence une forte érosion des crêtes de la ride situées à moins de 1000m de profondeur, prouvant l’existence dans le passé d’une calotte polaire qui recouvrait le bassin arctique.
Toutes ces données ont permis d’obtenir une carte précise de la bathymétrie de l’Océan Arctique (voir carte IBCAO ci-jointe).

Tara 2006-2007

inscription à la newsletter

Langue/Language

  • langue française
  • English language

Calendrier EvénementsCalendrier Evénements

14/07/2009

Nouveau site

14/07/2009

www.taraexpeditions.org

mentions légales